La Gravitation
 
    Au début du XXème siècle, Einstein a décrit en une équation unique tous les phénomènes responsables des rotations des masses stellaires les unes par rapport aux autres et ainsi donc l'ensemble des mouvements de ce qu'on appelle les "gros objets" (à savoir les galaxies, les étoiles, les planètes et plus généralement tous les objets stellaires),  mondialement connue sous le terme "Relativité Générale".
 
        Nous associons souvent ce nom à l’équation E = M.c2, mais ce n’est pas exact. En fait, cette équation est la théorie de la relativité restreinte, découverte également par Einstein, qui lui permis, en allant plus loin, d’énoncer la relativité générale.
        Voici ce que signifie cette équation :
E = M.c2
doit être traduite par :
L’énergie (E) d’une particule libre et au repos, est égale à sa masse (M)
multipliée par le carré de la vitesse de la lumière (c2) dans le vide.
 
        Sans entrer dans plus de détails, notons que c’est cette équation qui a permis la mise en place des centrales électriques et des bombes nucléaires (au grand regret d’Einstein).
 
    La relativité générale, elle, est une équation décrivant en fait une fonction mathématique qui peut être simplifiée en considérant un système d'espace particulier.
 
Avec :
. E : espace à deux dimensions – ici en coupe transverse – symbolisant notre univers tridimensionnel ;
. S : Soleil, dont la présence déforme l'espace E pour former un cône d'attraction ;
. T : Terre, dont la trajectoire circulaire – flèche verte – est soumise à l'action de l'attraction solaire puisqu'elle tourne à l'intérieur du cône d'attraction ;
. est représentée ensuite la forme du cône formé par une singularité – dont les caractéristiques sont un volume nul pour une densité infinie –, on voit d'ailleurs que la matière elle-même a du mal à sortir de ce cône – flèche bleue.
 
Ce système spatial peut être décrit comme suit (cf. image ci-dessus) :
 
- considérons un espace à trois dimensions (comme celui auquel nous sommes habitués, celui qui accueille notre univers par exemple) qui est dit "stable", "calme", "organisé" ou "régulier" ;
 
- pour les besoins de la présente démonstration, nous considérerons que cet espace à trois dimensions stables et immobiles peut être symbolisé par un espace à seulement deux dimensions (comme un grand drap tendu par exemple), toujours stable, régulier et organisé (E) ;
 
- sur ce nouvel espace à trois dimensions, symbolisé par seulement deux dimensions et représenté par un drap tendu, nous faisons peser une masse (comme le Soleil par exemple, la plus grosse masse que nous pouvons observer sans peine), symbolisée par un ballon ou une balle (S) ;
 
- cette masse va créer un "cône régulier de dépression" dans le grand drap tendu qui représente notre univers à trois dimensions ; ce cône peut être assimilé à la "zone d'attirance" de la masse en cause, c'est à dire que toute masse secondaire (inférieure à la première) qui se trouvera à l'intérieur de ce cône sera soumise à l'action de la première masse, qui est dite "attractive" sur la seconde et sa trajectoire en sera modifiée ;
 
- en conformité avec cette représentation, nous pouvons donc nous imaginer le système (simpliste) Terre/Soleil comme suit : la Terre (T) est en rotation autour du Soleil, à l'intérieur du cône de déformation de l'espace créé par la masse solaire, ce qui explique sa trajectoire elliptique autour du Soleil (sans l'influence solaire, la Terre se promènerait dans le cosmos, sans trajectoire définie).
 
    Nous voici donc face à une représentation simple de l'espace dans lequel nous vivons, qui permet d'expliquer l'ensemble des mouvements de révolution des masses des gros objets les uns par rapport aux autres, par le biais d'une force universelle entre ces masses : la gravitation.
 
A NOTER : la gravitation décrit l'attraction d'une masse sur une autre, c'est à dire que la légende de Newton (une pomme qui tombe sur le sol juste devant lui) doit être lue comme suit :
"Soient deux masses distinctes et différentes, la Terre et une pomme, positionnées l'une à côté de l'autre dans l'espace ; chacune de ces masses exerce une attraction gravitationnelle sur l'autre, en fonction du rapport entre leur deux masses ; bien évidemment, la Terre, bien plus massique qu'une pomme, exerce une très forte attraction sur la pomme, mais la pomme elle-même exerce également une attraction, minime, sur la Terre".
 
    La Gravitation doit donc être pensée en attractions réciproques de masses, en fonction du rapport des masses en question. Il faut d'ailleurs noter, par comparaison avec certaines forces quantiques, que la gravitation est toujours attractive ; en d'autres termes, les masses n'exercent entre elles que des attirances. Il n’existe pas de répulsions gravitationnelles telles que nous pouvons les observer entre deux mêmes pôles de deux aimants. C'est pourquoi nous parlons d'attraction gravitationnelle.
 
 
 
 


Accueil

Activités

A propos de
    > Biographie
    > Photos / Vidéos
    > Textes / Dessins
    > Liens personnels

Espace Pros

Passif

Liens

Contact../fr/accueil.html../fr/activites.html../fr/antichambre.html../Site/bio.html../fr/photos.html../fr/textes_dessins.html../fr/liens_persos.html../fr/espace_pros.html../fr/passif.html../fr/liens.html../fr/contact.htmlshapeimage_1_link_0shapeimage_1_link_1shapeimage_1_link_2shapeimage_1_link_3shapeimage_1_link_4shapeimage_1_link_5shapeimage_1_link_6shapeimage_1_link_7shapeimage_1_link_8shapeimage_1_link_9shapeimage_1_link_10
Relativité Générale
retour à l'accueil
ACCUEIL  |  ACTIVITES  |   A PROPOS DE  |  ESPACE PROS  |  PASSIF  |  CONTACT